swam

Portrait de Simon BEYAERT, Conducteur de Travaux

Swam commence à prendre forme au centre du quartier Euralille. Pour nous raconter l’histoire du chantier, nous sommes allés à la rencontre de Simon Beyaert, Conducteur de travaux pour Rabot Dutilleul Construction. Depuis son bureau situé dans la "base vie (1)qui surplombe le chantier de Swam, les hommes circulent et les appels fusent. On y est, Swam se construit.

 

 

UN CHEF D’ORCHESTRE SUR LE BÉTON

 

Simon connaît bien le chantier et ses aléas. En tant que Conducteur de travaux, il s’occupe de l’aspect technique et budgétaire du projet et se charge du management des équipes dédiées à la construction de Swam. Avec 50 à 70 personnes présentes sur la partie gros oeuvre, il gère les choix de modes opératoires et des méthodes de réalisation. Et l’on sent rapidement que ce métier, Simon l’a dans la peau. Le « chef d’orchestre » apprécie la diversité de ses journées et un certain mélange entre le contact humain et la partie organisationnelle du projet. Au quotidien ? Planifier, gérer, exercer un tour de chantier deux fois par jour, rencontrer les sous-traitants, travailler avec le bureau d’études et des méthodes et coordonner le travail des compagnons. Bref, une cadence qui ne laisse que peu de place aux imprévus. « La préparation, ce moment où l’on fait des plans sur la comète en collaboration avec le Chef, et où tout se coordonne » est probablement ce qu’il préfère dans son métier. Et quand les étapes s’enchainent, la musique bat son plein, Swam grandit.

 

 


LES PREMIERS PAS DE SWAM

 

Lorsque l’on demande à Simon en quoi Swam diffère des autres projets, il nous répond qu’un chantier comme celui-ci « on n’en fait pas tous les jours ». Avec les plans du chantier, il nous montre la géométrie du projet avec ses différents volumes et nous explique la complémentarité entre plusieurs expertises : l’hébergement pour la partie hôtel, les bureaux, les restaurants et le parking. « Un tout en un atypique où l’on pourra tout faire » ajoute-t-il. La superposition des étages, la promenade, la suspension de certaines structures, les grands poteaux de soutien, tout un ensemble qui s’empile. Le recours à de multiples techniques est un atout pour les acteurs de Swam qui se projettent déjà « dans quelques années, on se rappellera que l’on y était, au tout début ».

Bien placés et très visibles, les professionnels se savent surveillés par la ville toute entière. Et ils ont bien conscience des nuisances que peut générer un chantier en plein centre : « on fait de notre mieux pour que cela se passe bien avec les riverains et les passants du quartier et nous communiquons auprès d’eux sur l’avancée du projet ». Et quand on demande à Simon ce qu’il aimerait dire du projet aux lecteurs de cet article, il nous répond « les gens ont raison d’être impatients, parce que ce sera une très belle icône pour la ville, un endroit très chouette ».

 

Et si vous souhaitez vous immerger toujours plus dans l’aventure Swam, n’oubliez pas le « Challenge Pictures » sur Instagram où vous pouvez challenger vos plus belles photos sur les thématiques proposées avec #swamlille.
 

 

(1) Base vie : Une base vie de chantier ou base de vie de chantier, est la construction temporaire d'un bâtiment dédié à loger les intervenants sur un chantier de construction ou de maintenance. Dans ce bâtiment nous retrouverons ainsi généralement une partie cantonnement et une partie bureau encadrement.